Les Faiseurs d'Histoire

Plongez dans l'Archive! Ce grand recueil contenant l'Histoire de ceux qui ont forgé notre monde au travers des mythes qui nous entourent.
 
AccueilCalendrierGaleriePublicationsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Alan Rickman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Antares
Grand Manitou
Grand Manitou
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 03/08/2017
Age : 25
Localisation : Partout

MessageSujet: Alan Rickman   Lun 28 Aoû - 0:05

RICKMAN Alan - disponible
ft. Alan Rickman (acteur) de pinterest

Yeux : Bruns
Cheveux : Courts, bruns méchés argentés (vieillissement prématuré)
Taille : ...

Signes particuliers : Fine cicatrice sur la hanche, montre à gousset, collier à runes
Crow Metropolis
48 ans
Directeur/Neurochirurgien
Sarcastique ● Génie ● Renfermé ● Père attentionné ● Ego démesuré
Loyal ● Cynique ● Sensible ● Têtu ● Loyal


[Un passé tenu secret]
Le Docteur Rickman est une personne aussi énigmatique que géniale. Peu de choses ont filtré sur son parcours et il compte bien que ça continue. On sait juste qu’il est né de parents modestes mais unis, et qu’il a terminé ses études avec quatre ans d’avance grâce à une intelligence hors du commun. Ce avec son ami d’enfance David Thewlis. Alan se lança au début dans des études d’historien pour suivre David, mais à la mort de sa mère emportée par une maladie fulgurante, il changea de cap pour se concentrer sur la médecine poussée, allant jusqu’à étudier la neurochirurgie et toutes les branches pointilleuses pour être certain de ne plus laisser filer un client. L’hôpital où il travaillerait serait de loin le meilleur, il ferait tout pour ça!

À la fin de sa scolarité, Alan connu le coup de foudre. Le vrai. Celui qui marque les cœurs et les esprits, obsède et rend une personne euphorique. Elle s’appelait Liliane, mais tout le monde l’appelait Lily. Aussi douée que belle, il ne pouvait se retirer l’image de Lily de l’esprit, se rapprochant un peu plus d’elle à chaque fois qu’il en avait l’occasion. Elle se rapprochait aussi, de plus en plus. Alan pensa pouvoir toucher du doigt l’espoir de construire un bout de chemin avec elle, osant demander à la douce demoiselle ce qu’elle comptait faire à la fin de ses études. Elle voulait partir dans les pays défavorisés pour aider une cause humanitaire, lui demandant de venir avec, pour qu’ils puissent aider ceux qui en avaient besoin. Alan refusa, disant qu’au lieu d’aider ceux des autres pays, ils devraient se concentrer sur ceux qui en avaient besoin dans leur propre Métropole, espérant encore qu’ils puissent vivre quelque chose, même à distance. Mais elle déclina. Soit il venait, soit il restait.

Lily embarqua pour un pays du bout du monde, le laissant sans rien d’autre qu’une photo d’eux prise en soirée. Avec la triste nouvelle d’un attentat meurtrier sur un hôpital de charité… Le laissant avec le cœur déchiré, le remord et le sentiment amer que même s’il le voulait, il ne pourrait pas en aimer une autre.
Il avait 22 ans, et son cœur se ferma à toute autre chose que le travail et le devoir des médecins.

[Le Médecin associal]
Intégré au début à l’équipe d’ambulancier de l’hôpital Saint-Suricate, Alan se mit à gravir les échelons plus vite que prévu. Il quitta les ambulances pour les chambres, puis les blocs, et enfin prit la tête du service de neurochirurgie. S’il possèdait la réputation d’être brillant et de réussir toutes les opérations qu’il entreprend, Alan avait aussi l’étiquette ‘d’asocial’ collée au front. Il préférait la solitude de son bureau où il pouvait lire en temps de pause ou recevoir la compagnie de David devenu professeur d’Histoire pour l’orphelinat de Crow. Il accordait peu de crédit à ses collègues et ne répondait qu’au haut directeur qui semble apprécier l’audace insolente du jeune homme.
Ce même directeur qui nomma Alan en tant que successeur de l’hôpital lorsqu’il prit sa retraite. À seulement 25 ans, Alan Rickman devint le plus jeune directeur d’un complexe médical de la Métropole. Son nom devint synonyme de prodige et de miracles, beaucoup demandèrent à travailler avec lui, mais jamais il n’accepta, préférant rester seul pour éviter la bêtise des gens.

[Les enfants terribles de Roumanie]
C’est à l’aube de ses 30 ans que les choses commencèrent à tourner pour le Docteur Rickman. Après de nombreuses erreurs de ses assistants de bloc et du corps médical, il décida de changer de cap pour l’hôpital qu’il rebaptisa ‘Serpendor d’Hypocrate’, pour rappeler à tous que le rôle premier d’un médecin est de sauver des vies.
Durant un séminaire médical en Roumanie, Alan fit une rencontre pour le moins particulière. Des faux-jumeaux aux talents formidables, selon les dires des médecins les accompagnants, mais dont le caractère était si imprévisible et acéré qu’ils ne restaient jamais bien longtemps dans un hôpital, malgré leur talent. Pour lui, c’était un coup de poker à tenter: proposer un emploi à ces deux loustics qui n’ont pas manqué de répartie pendant le séminaire, afin qu’ils travaillent en haut partenariat avec lui. Et à son plus grand plaisir, ils acceptèrent, à une condition: travailler dans le même service et avoir un champ libre si les autres médecins leur prenaient la tête.
Avec Hailey et Dimitri à ses côtés, Alan découvrit une autre façon de travailler, la vraie joie d’avoir des collègues sur qui compter, des gens avec qui passer ses soirées et qui ne jugeaient pas certains choix qu’il avait fait et ceux qu’il ferait.
L’ambiance à l’hôpital devint explosive, bourrée de rires et de sourires pour ceux qui s’entendaient avec les jumeaux, de grincements de dents pour ceux qui se les mettaient à dos, et Alan était content. Son bâtiment marchait à plein régime, et jamais il n’eut autant le sentiment de réussir quelque chose dans sa vie. Il sauvait des gens, il avançait en médecine, et c’était presque tout ce qu’il voulait… Tout ce qu’il pouvait avoir seul.

[L’enfant qui toucha son cœur]
Lorsque David l’appela à l’orphelinat pour qu’il examine une enfant abandonnée sur le pas de la porte, Alan manqua de refuser. On ne pouvait pas dire de lui que c’était l’homme le plus à l’aise au monde avec les enfants. Et pourtant, il la rencontra. Elle avait onze ans, se nommait Nora et alluma dans le cœur d’Alan une étincelle pour le moins particulière… Au point qu’il ne demande à David de garder un œil sur elle et de le prévenir en cas de problème. Il fit des recherches sur elle, sur ses origines, non pas obsédé mais curieux de savoir pourquoi est-ce qu’on avait abandonné une enfant sans raison apparente.
David était aux anges. L’enfant avait des prédispositions à l’Histoire et d’après lui, elle avait un don qui lui permettait de vivre ce qu’elle lisait, jusqu’à avoir été capable de traduire un des livres sur lequel avaient travaillé les deux amis dans leurs études commune. La curiosité au paroxysme, Alan retourna voir l’enfant lorsqu’il apprit qu’elle s’était battue avec des élèves ayant volé un des livres qu’on lui avait prêtés. ‘Les livres sont comme des gens, mais eux au moins sont intéressants.’ Lui avait-elle dit quand lui demanda pourquoi elle préférait les livres aux humains. Amusé et touché, il lui donna ses coordonnées personnelles, pour qu’en cas de problème, elle puisse le joindre directement. Il vit dans le regard de Nora une flamme qu’il n’oublierait jamais. La reconnaissance et l’espoir qu’un adulte ne la laisse pas. Cette flamme qui toucha son cœur et lui ramena à l’esprit l’image de Liliane. Et si… ? Non, il n’irait jamais jusque-là. Il ne serait jamais bon à ça.

[Un choix qu’il ne regrettera jamais]
Six mois avaient passé depuis sa dernière entrevue avec Nora. Il lui avait passé un de ses livres les plus précieux, lui demandant de trouver son secret. David en parlait tellement, de ce Don, qu’il avait décidé d’y donner une chance et de voir si vraiment elle était capable de grandes choses.
Six mois sans avoir de coup de téléphone, se disant que tout allait bien, que l’adolescente qu’elle était devenue avait trouvé une famille. Six mois pendant lesquels il prit ses renseignements pour connaître les procédures d’adoption, de quoi faire rire les Jumeaux qui pensaient voir Alan finir ses jours seul avec des chiens ou des chats.
Vint un soir, une nuit d’orage. Les autorités recommandaient de rester à l’intérieur, de ne prendre la route que si c’était urgent. L’urgence réveilla Alan au beau milieu de la nuit, par un coup de téléphone donné, ‘Dr. Rickman… Venez me chercher!’. Trois mots qui brisèrent les doutes du médecin solitaire… Ignorant les ordres, Alan appela les jumeaux de garde à l’hôpital en leur demandant de préparer la chambre du bureau et du matériel de soin, alors qu’il roulait en toute hâte jusqu’à l’orphelinat où il retrouva Nora, âgée de 16 ans, en larmes… Nue et rouée de coups, les mains liées dans un tissu fumant en tenant contre son corps le livre qu’il lui avait prêté. Il apprit qu’un groupe de jeune l’ayant prise pour cible avaient commit l’irréparable envers elle, qu’elle avait subi ce qu’aucune fille ne devrait endurer, et pire encore, que ses parents biologiques, retrouvés par David, avaient décliné toute responsabilité en clamant que c’était de sa faute. Pour Alan, c’en était de trop. Il emporta l’adolescente avec lui jusqu’à l’hôpital où il la laissa aux mains des jumeaux. Lorsque Dimitri lui demanda ce qu’il comptait faire après avoir soigné la gamine, la réponse ne se fit pas attendre. Il l’adopterait.

Alan se démena pour que les procédures accélèrent, pouvant ainsi placer Nora sous la protection de son nom et faire en sorte à ce qu’elle ne manque plus de rien. Par bonheur pour lui, l’adolescente rêvait d’archéologie et d’histoire, partant pour l’université après la réussite d’un test d’admission.
Si elle demeurait brimée pour certaines choses, Alan pouvait intervenir pour plus de choses et veiller à son confort. Avec les Jumeaux à ses côtés et maintenant cette frimousse aux cheveux de feu, Alan connu un nouveau bonheur. Celui de la famille… Nora n’était pas sa fille de sang, mais il avait apprit à l’aimer comme si elle l’était, chaque jour elle le rendait plus fier, et la modestie dont elle faisait preuve par rapport à son nom le touchait. Elle ne se vantait pas, enfin pas trop, et faisait attention à ne pas tâcher sa réputation. Oui, il avait atteint un palier jamais espéré, priant les onze dieux que ce petit bonheur perdure…

[Le mois le plus long]
À 43 ans, Alan Rickman possédait plus que ce qu’on pouvait espérer dans la Banlieue des Astres. Un métier de rêve, quelques amis sur qui compter, une belle maison qu’il partageait avec sa fille et ses collègues, une fille diplômée avec mention et prête pour sa première expédition avec des amis, dont le fils de David, Yael. Sa fierté était intense, son bonheur palpable. Non pas qu’il était plus aimable au travail, mais il était parfois plus souriant et c’était plus agréable ainsi.
Mais comme à chaque fois que l’on frôle le bonheur du doigt, il s’en va en laissant l’amertume s’installer, et une fois encore, Alan connu ce sentiment.

L’Astral, le bateau portant Nora et ses amis jusqu’un Archipel Mexicain… Fit naufrage, emportant ses passagers dans les bas-fonds du Pacifique. L’épave fut retrouvée, mais pas les jeunes explorateurs. Les autorités locales refusaient de s’approcher de l’endroit par peur d’un folklore local.
Lorsqu’Alan apprit la disparition de sa fille, il fallut la force des Jumeaux pour l’empêcher de détruire son bureau, et la douceur de la sœur pour essayer de l’apaiser. Mais rien n’aurait pût calmer le cœur d’un père ayant perdu son enfant. Rien au monde ne pouvait le consoler.
Alan tomba dans la dépression, s’acharnant au travail pour ne pas penser qu’un des lits de sa maison était vide, dormant dans son bureau, mangeant peu. Non pas qu’il voulait rejoindre Nora, mais il voulait éviter d’y penser le plus possible… Si seulement c’était faisable. Le visage de son enfant lui revenait à chaque fois en tête, et bien des réunions ont manqué de finir en bagarre car les collègues d’Alan n’étaient pas du genre aimable, que du contraire. Ils avaient les dents longues, cherchant à prendre sa place…
Un soir de trop, Hailey le trouva en train de travailler comme un forcené et parler d’aller opérer un client. Il ne se réveilla que quatre jours plus tard, dans son lit au manoir, avec la Roumaine qui lisait près de lui. Dimitri s’était chargé de l’opération, et elle avait prit congé pour s’occuper de son patron malade. Alan ne l’entendait pas de cette oreille, et Hailey non plus. Par des mots forts et un regard perçant, elle parvint à lui faire comprendre qu’il y avait encore de l’espoir, car des jeunes étaient revenus de l’île. Oh, ils avaient clamé que Nora n’avait pas survécu, mais l’esprit d’Hailey ne raisonnait pas comme ça. Elle avait demandé à un de ses amis d’aller voir lui-même, et remit Alan sur pieds en continuant à le secouer. Nora n’appréciera pas de revenir et de voir son père dans un tel état. Alan retourna travailler, plus acerbe que jamais, plus réactif et endurcit, même si dans ses moments de solitude, il n’était pas impossible d’entendre qu’il priait pour qu’elle revienne.
Comment avait-elle fait pour viser juste, c’était impossible à savoir. Mais alors qu’il était en réunion, une des plus importantes de l’année, Dimitri et Hailey entrèrent en retard et en tendant à Alan le téléphone qu’il utilisait pour les numéros privés. ‘Papa… Je rentre… Je rentre à la maison’, avait dit la voix essoufflée de Nora. Il fit sortir les délégués, et pour la première fois depuis longtemps, on vit le corps d’Alan Rickman être secoué de sanglots qu’il ne parvenait plus à retenir. ‘Ma fille rentre. Ma fille est en vie et elle revient!’
Sa fille rentra, oui. Aux portes de la mort, elle décida de vivre en se confiant aux jumeaux et à son père, restant dans un coma profond pendant des semaines. Trois semaines à errer sur une île du Mexique, quatre dans le coma et de nombreux mois à l’hôpital pour une ré-éducation complète…
Lorsque Nora se réveilla enfin, pour Alan, ce fut la fin du mois le plus long et le plus pénible de sa vie… Plus jamais il ne prendrait le risque de la perdre à nouveau… Mais que pouvait-il faire face au Destin qui appelait Nora à repartir explorer le Monde? Ce qu’elle avait découvert au Mexique pouvait changer la face de l’Histoire…

Mais ça, ce serait à voir, plus tard. Pour l’heure il devait s’occuper de son enfant revenue de l’enfer… C’était le plus important, parmi tout le reste.

Liens potentiels
RICKMAN Nora
Fille par adoption
Fiche
GOGONEA Dimitri
Collègue/Ami
Fiche
GOGONEA Hailey
Collègue/Amie
Fiche
AOTSUKI Kazuya
Messager/Ami/Collègue
Fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://historymaker.forumactif.com
 
Alan Rickman
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alan Rickman
» Alan Rickman dans un clip de Texas !
» Alan Rickman au feutre
» Alan Rickman : le parfait Colonel Brandon
» Alan Rickman (Severus Rogue)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Faiseurs d'Histoire :: DOUANE :: Registre :: Prédéfinis-
Sauter vers: